Bokra, inchallah

Ce matin, pendant que je faisais les courses, j’ai laissé ma voiture aux mains expertes de 3 laveurs de voiture. Le Liban est le pays du service. Les Libanais aiment qu’un autre agisse à leur place. Au supermarché, quand vous êtes à la caisse, un type vide votre caddie, un autre emballe vos produits dans des sacs plastique ; un pour les produits frais, un pour les oeufs, un pour le pack de bières, un pour les 9 rouleaux de PQ, un pour la baguette de pain, préalablement emballée dans un sachet en papier… etc, je vous raconte pas le gaspillage. Et quand on apporte un gros sac solide conçu pour durer, ils sont toujours très déstabilisés.Bref, j’ai profité du service lavage, car après 10 jours d’absence hors du Liban, pendant une période de vent poussiéreux (comme le khamsin en Egypte), nous avons retrouvé une voiture camouflage, marron avec des taches. 10000 livres libanaises pour le lavage complet (intérieur-extérieur) de mon char crasseux, c’est pas énorme (environ 5 euros). Je n’avais pas de monnaie, seulement un billet de 50000, j’ai eu beau courir partout pour faire la monnaie, impossible de trouver quelques billets de 10000 et de 20000 en échange. Les laveurs eux-mêmes n’ayant pas de monnaie, ils m’ont dit :  « pas de problème, tu paieras demain, ou après-demain » (vous constatez mes progrès en libanais,car ils ne parlaient pas français !). Au revoir, merci.

Moi, ça m’épate toujours une telle confiance, un petit épicier dans un quartier que je fréquente rarement, m’avait déjà fait le coup une fois. Tu paieras quand tu reviendras. On a des leçons à tirer de cette attitude.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s