Droit de vote

En français, on parle de tête de turc. En libanais, je ne sais pas. Mais bon, d’ordinaire, y a jamais d’embouteillage en périphérie de Beyrouth ! C’est vrai, quoi, à la fin ! Et puis, quand on vote à l’ambassade de France, on y va à pied, hein, on ne sort pas d’Achrafieh et on embête pas le reste de la population !

http://www.lorientlejour.com/article/869173/liban-les-ressortissants-syriens-votent-embouteillages-monstres.html

Publicités

Elections

Demain, double élection. En réalité pour moi elles sont multiples en ce moment et concernent le contenu de nos malles et valises. Compte à rebours oblige, plus que 4 semaines sous le soleil libanais, ça fait froid dans le dos, si je puis dire. Choix cornélien car nous sommes limités en poids, et ce qui pèse le plus est ce à quoi je suis le plus attachée : dessins de mes enfants, livres, lettres, carnets. Mon médecin traitant à Clermont-Ferrand, avant mon départ, m’avait parlé de détachement. La cicatrice de mon opération adhérait, il aurait fallu pouvoir la décoller, se détacher. Par moments, j’aimerais tout mettre dans des sacs et tout donner, absolument tout. Partir, légère, exception faite de mon accordéon, pour pouvoir tout recommencer. Mais, je vous l’avoue, je suis nullissime en la matière, et pourtant j’y travaille, j’y travaille.

http://www.lorientlejour.com/article/868735/election-des-conseillers-consulaires-francais-enjeux-et-mecanismes-de-vote.html

Assurance décès

Voici ce que je reçois ce matin dans ma boîte mèl, moi qui suis souffreteuse, le système ORL qui part en vrille, avec la douce sensation d’avoir des aiguilles plantées dans la gorge et les oreilles.

Bonjour,

Un accident de la vie peut arriver à tout moment et mettre en péril l’équilibre financier de votre famille. Savez-vous qu’une personne sur quatre décède avant 65 ans, et que dans près d’un cas sur deux, il reste au moins un enfant à charge ?

La MGEN découvre la vie. Oui, je suis assurée de mourir un jour, oui nous sommes tous des condamnés à mort. C’est bon, je peux retourner ranger mon bureau maintenant ?

Vide gouvernemental

J’ai passé la matinée à courir d’un endroit à l’autre de Beyrouth et plus précisément dans les quartiers de la fameuse Sûreté Générale, afin de tenter de limiter les frais pour le renouvellement de mon permis de résidence au Liban. Mon permis actuel prend fin le 3 juin, je quitte le pays le 20 du même mois. On me demande la somme dont je m’acquitte d’ordinaire pour une durée d’un an. Je vous épargne la description des bureaux kafkaïens dans lesquels je suis entrée, et j’avais la chance d’être accompagnée par une bonne copine franco-libanaise et son scooter… Au final, comme je n’ai pas le bras long, il a bien fallu débourser ; mais lorsque le dernier militaire auquel j’ai eu affaire, s’est maladroitement excusé- c’est la nouvelle loi du gouvernement – je n’ai pu m’empêcher de lui rétorquer – quel gouvernement ? il n’y a pas de gouvernement ! Il a alors éclaté d’un rire fracassant et a opiné du bonnet, pour ensuite ressortir mes propos à ses copains…Un peu plus et ils me le faisaient gratos, ce titre de séjour.

http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201405/15/01-4767047-le-liban-toujours-sans-president.php

je te salue Marie-Geneviève

Cinq heures et quelques, comme chaque jour depuis le début du mois de mai, montent jusqu’à notre 4e étage des chants religieux et des prières, destinés à la Vierge. Au pied de chez nous, trône une statue de Marie, ornée de rubans blancs et bleus pour l’occasion (pour les fidèles de ce blog, si vous vous souvenez, elle jouxte un institut de beauté). Comme notre rue est une impasse (en réalité elle est coupée au bout par des blocs de béton et des militaires souriants car elle donne sur le QG des forces armées), les fidèles peuvent se recueillir devant elle, sans crainte des chauffards. Comme ils sont pieux ! Cela m’impressionne. Quelle foi incroyable ! Cela m’évoque ma mère.

Dans le fond, c’est peut-être aussi pour cela que j’aime le Liban, ce pays me rappelle sans cesse ma mère, le tableau qu’elle nous dépeignait de son enfance, l’importance de la religion dans la vie quotidienne. Elle parlait des bonnes soeurs à cornettes, du mois de Marie et de la fiesta familiale au Pey le 15 août où toute la fratrie célébrait l’Assomption avec force déguisements, théâtre et poésie, de l’immense respect pour les hommes de foi, pour le sacré, pour le Très-Haut. La semaine dernière, j’ai fait passer des oraux à des étudiants de l’Université Saint-Esprit de Kaslik, et à travers ces jeunes gens d’une vingtaine d’années, j’avais parfois l’impression de côtoyer des camarades de ma mère en faisant un voyage dans le temps. Curieuse sensation, comme si j’étais dans un film d’époque. Ici la religion est tellement vitale et généralisée, qu’elle semble figer le pays dans un autre temps, révolu chez nous.

Image

Rkedi la eddam

http://www.lorientlejour.com/article/865790/dix-mille-femmes-au-rendez-vous-de-la-course-rkedi-la-eddam-.html

Juste pour que vous visualisiez un peu l’ambiance…. et puis c’est la revanche des femmes déconsidérées dans cette société : l’éthiopienne Aregu Abate a gagné la course, félicitations Aregu !

Pour l’heure je pars travailler, à pied, comme d’hab’, mais je risque de marcher un peu façon crapaud sous les 33° qu’il fait déjà à 7 heures….belle journée à vous !