Cours particulier

Il a ceci de particulier, que je m’efforce, ces temps-ci, de transmettre le B-A BA de notre belle langue à une femme de 37 ans, syrienne, qui va aller rejoindre prochainement son mari libanais à Paris. Ruba, c’est son prénom, ne connaît pas un mot de français. Chaque cours dure 4h, et nous nous retrouvons donc face à face, à jargonner, à dessiner, à agiter les mains, à mimer, à répéter, et aussi, à bien rigoler. C’est difficile pour elle, cela l’est tout autant pour moi. Cependant, j’adore ce genre d’échange, même si je sors complètement lessivée du cours. Enseigner ma langue me fascine vraiment, encore plus lorsque l’on part de rien. On est obligées de se comprendre et surtout d’aller à l’essentiel. Elle m’explique qu’elle a quitté la Syrie à cause des « bang, bang ».

Ruba garde toujours le sourire et tandis qu’elle s’évertue à répéter encore et encore les sons si complexes du français, je me mets au travail à mon tour, ensemble nous ânonnons, nous baragouinons, nous malaxons les sons. Gutturales et nasales ne font plus qu’un et le café partagé n’en est que meilleur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s