CONFESSION – Ghadi, le premier bébé libanais sans religion

Pour une fois qu’on évoque le Liban pour un évènement positif, je vous joins l’article du Monde sur ce premier bébé libanais sans religion. Ses parents ont été bien courageux de se battre pour se marier civilement l’année dernière, et dans la juste logique des choses, leur fils n’est pas étiqueté sunnite, chiite ou maronite dès ses premiers braillements.

Depuis plus d’une semaine, au Liban nord, à Tripoli, il y a des morts et des blessés, car se joue là-bas, à petite échelle, une représentation du drame syrien. Ce bébé sans religion apporte un bel espoir pour ce pays si déchiré par les origines religieuses et l’appartenance à un clan.

 

Ghadi Darwiche, né le 30 septembre 2013, est officiellement le premier bébé libanais sans appartenance religieuse, selon le quotidien L’Orient Le Jour. Si cette appartenance doit normalement figurer sur le registre d’état civil de tous les citoyens libanais, elle a été rayée de celui du petit Ghadi.

Et cela, grâce à ses parents, Khouloud Sukkarieh et Nidal Darwiche, les premiers à s’être mariés civilement au pays du Cèdre en novembre 2012. Si cette union n’a été reconnue qu’en avril 2013 par le ministère de l’intérieur, elle fait désormais jurisprudence.

Un événement historique pour un pays où cohabitent dix-huit confessions et qui jusque-là n’autorisait que les mariages religieux sur son territoire. Les mariages civils, quant à eux, étaient seulement reconnus s’ils étaient contractés hors des frontières. Pour faire plier les autorités, le couple a mis en avant un article de loi datant du mandat français qui stipule que les Libanais qui n’appartiennent à aucune confession peuvent se marier civilement. Khouloud et Nidal ont donc retiré de leur état civil la mention de leur religion – ils sont tous deux musulmans, elle est sunnite, lui, chiite.

« Le cas de Ghadi  devrait être un exemple » 

Un premier combat grâce auquel le couple a visiblement fait tomber quelques barrières, dans ce pays où le confessionnalisme régit tout, depuis les quotas imposés à la vie politique jusqu’aux règles sur le statut personnel. Car tout fut cette fois beaucoup plus simple : « Autant l’enregistrement de notre mariage s’était révélé un long parcours semé d’embûches, autant celui de notre fils était facile et rapide« , a témoigné lundi 28 septembre Nidal Darwich dans une interview à L’Orient Le Jour. Le papa précise ainsi que « les fonctionnaires savent désormais que tout ce qu‘[ils font] est légal » et qu’ils n’ont cette fois « fait face à aucun reproche de la part de représentants de l’administration ou de membres de [leurs] familles dans cette démarche ». « Mais il faut toujours davantage éduquer les fonctionnaires qui ignorent souvent la teneur d’une loi » rappelle Nidal Darwich.

Les parents sont convaincus que leur démarche simplifiera la vie de leur fils. « Ghadi n’aura aucun problème dans ses formalités futures, vu que tout a été fait dans le respect des lois. Il est libéré de toutes les contraintes religieuses. A mon avis, tout le peuple libanais est dans l’erreur et le cas de Ghadi est à prendre en exemple« , a-t-il ajouté. Un exemple dont le père fait largement la promotion sur son profil Facebook, où apparaît, au côté d’une photo du bébé, celle d’un état civil pas comme les autres.

« Nous avançons pas à pas (…)  Les choses évoluent à un rythme très lent » dit celui qui espère ainsi faire avancer la société libanaise. « Nous avons été combattus par les hommes de religion qui nous ont blâmés et exercé sur nous des pressions considérables, sans compter les menaces » et cela « sans le soutien d’aucun responsable politique ». Mais il est fier de confier que, depuis le leur, « plus de 10 mariages civils ont été contractés au Liban ».

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s