Attentat

Merci pour vos messages, qui ont afflué hier dans ma boîte mèl. Ce message pour vous rassurer : l’explosion a eu lieu non loin de chez nous, rue Mounzer, passage que j’emprunte régulièrement, mais nous n’y étions pas. Anouk et moi faisions la sieste. La bombe m’a réveillée, j’ai cru qu’il s’agissait des bruits du chantier au bout de notre rue. les vitres ont tremblé, assoupie que j’étais, je n’ai rien vu. J’ai voulu ensuite téléphoner à une copine pour lui proposer de venir à la piscine avec nous, la ligne ne fonctionnait pas. J’ai pensé que mon téléphone avait un petit problème technique. En sortant dans la rue, il y avait une forte odeur de brûlé, là encore, j’ai mis cela sur le compte des travaux. Entre la circulation, les générateurs, les chantiers, il est fréquent de respirer de mauvaises odeurs. Naïveté ? peut-être. Mon homme, lui était en cours. Il a pensé que c’était un avion et ce, en dépit du souffle de l’explosion. Mais il a tout de suite fait face à la réalité ; ses élèves eux savaient de quoi il s’agissait. Panique à bord, chacun avec son téléphone en main et l’envie de quitter l’établissement.

En fait, c’est curieux, mais au départ ici, comme vous l’avez déjà parfois lu, j’étais assez fréquemment aux aguets sur la situation politique, ici et chez nos voisins. Puis, est-ce l’habitude, on cesse d’être attentif ou plutôt on est en mode veilleuse. Et cela ressurgit, violemment, sans qu’on s’y attende. D’où l’incrédulité première, et la lente compréhension des choses.

Pour l’heure, en ce matin de deuil national, je ne peux que penser aux victimes et à leurs proches, et aussi me réjouir de vous écrire encore.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s