Berlin, Belfast, Nicosie me viennent en tête…

http://www.lemonde.fr/proche-orient/video/2012/04/30/israel-construit-un-mur-a-la-frontiere-libanaise_1693482_3218.html

Publicités

Maisonnettes

En voyant cette façade lors d’une balade, j’ai cru comprendre pourquoi nous n’avions pas de boîtes à lettres. Un fou les aurait réquisitionnées. En m’approchant j’ai constaté que nulle missive ne pouvait s’y glisser. Nichoirs ? je ne sais. Que dissimulent-elles ? que renferment-elles ? Qui les a placées là, et comment ? Un génie habite-t-il chacune d’entre elles pour se déployer à l’heure du conte ?

Bokra, inchallah

Ce matin, pendant que je faisais les courses, j’ai laissé ma voiture aux mains expertes de 3 laveurs de voiture. Le Liban est le pays du service. Les Libanais aiment qu’un autre agisse à leur place. Au supermarché, quand vous êtes à la caisse, un type vide votre caddie, un autre emballe vos produits dans des sacs plastique ; un pour les produits frais, un pour les oeufs, un pour le pack de bières, un pour les 9 rouleaux de PQ, un pour la baguette de pain, préalablement emballée dans un sachet en papier… etc, je vous raconte pas le gaspillage. Et quand on apporte un gros sac solide conçu pour durer, ils sont toujours très déstabilisés.Bref, j’ai profité du service lavage, car après 10 jours d’absence hors du Liban, pendant une période de vent poussiéreux (comme le khamsin en Egypte), nous avons retrouvé une voiture camouflage, marron avec des taches. 10000 livres libanaises pour le lavage complet (intérieur-extérieur) de mon char crasseux, c’est pas énorme (environ 5 euros). Je n’avais pas de monnaie, seulement un billet de 50000, j’ai eu beau courir partout pour faire la monnaie, impossible de trouver quelques billets de 10000 et de 20000 en échange. Les laveurs eux-mêmes n’ayant pas de monnaie, ils m’ont dit :  « pas de problème, tu paieras demain, ou après-demain » (vous constatez mes progrès en libanais,car ils ne parlaient pas français !). Au revoir, merci.

Moi, ça m’épate toujours une telle confiance, un petit épicier dans un quartier que je fréquente rarement, m’avait déjà fait le coup une fois. Tu paieras quand tu reviendras. On a des leçons à tirer de cette attitude.

 

Merci

Lectrices et  lecteurs du Liban, de Jordanie, du Koweït, d’Espagne, du Royaume-Uni, d’Algérie, d’Islande, de Tunisie, d’Allemagne, des Etats-Unis et du Maroc, merci d’être venus faire un tour sur ce blog. Je sais bien sûr depuis le début qu’il s’agit d’un espace public, mais, j’imagine toujours que, seules mes connaissances s’arrêtent de temps à autre ici. Merci aussi bien entendu à ces dernières de jeter régulièrement un oeil à mes gribouillis. J’entends, au moment où je tape ces lignes, sur France Culture, le président français féliciter les Français de l’étranger pour leurs capacités d’adaptation. Qu’il se détrompe : jamais nous ne pourrons nous adapter à l’idée d’avoir encore un tel président. Je passe sur son intention de « réduire le nombre d’arrivées sur notre territoire », son discours sécuritaire,ses propos sur la viande halal et le reste. Avant de clamer son « engagement à apprendre le français » aux populations étrangères en France, encore faudrait-il qu’il accorde un statut précis aux enseignants de cette belle langue…Moi je dis juste merci aux étrangers d’exister, vous êtes pour moi ma plus belle reconnaissance professionnelle !