Petit bonheur

Certains d’entre vous me demandent parfois si je me plais vraiment à Beyrouth. Il est vrai qu’à la lecture de ce blog, on peut penser que la réjouissance est rarement au rendez-vous. Certes, la vie n’est pas simple et demande un max d’énergie dans cette ville bouillonnante. Ceci dit, je suis heureuse d’être là le plus souvent. Ca me fait même jubiler de vivre mon quotidien ici. Ici ou ailleurs, il faut assurer les contingences matérielles, mais justement, faire les courses à l’étranger, par exemple, casse un peu la routine. Il y a toujours des choses et des gens à observer, et j’adore ça. Je ne sais pas si j’arriverai à vous mettre une petite vidéo à l’occasion, mais j’y pense souvent.Cet après-midi, le temps était ensoleillé et le vent soufflait. Une copine nous avait proposé d’aller à la plage, à Edde Sands, près de Jbeil (Byblos). Cette plage, comme la majorité des plages libanaises est payante l’été. C’est l’endroit idéal pour la frime et les paillettes. Elle coûte la peau du cul. L’hiver, en revanche, elle est accessible gratuitement. Malgré cette invitation, je n’ai pas eu l’énergie de supporter des embouteillages, d’autant que j’ai travaillé tôt en ce samedi matin, j’évaluais des enseignants libanais sur leur niveau de français ( j’aurai d’ailleurs moult anecdotes à vous narrer sur le sujet !).

Bref, j’ai finalement proposé à Richard et aux enfants d’aller à la plage publique de Beyrouth, à 1/4 d’heure de chez nous. Nous y étions allés en août à notre arrivée et l’odeur nous avait un peu repoussés, car apparemment les égouts se déversent directement dans la mer. De plus,  il faisait très chaud à l’époque et nous étions à demi déboussolés sur cette plage de Ramlet-al- Bayda. Et bien aujourd’hui, c’était Byzance, il y avait quelques personnes sur la plage, et même quelques baigneurs malgré le grand vent et le froid. De belles vagues roulaient sous nos yeux et la rumeur de la mer couvrait tout bruit urbain. Un véritable délice. Coucher de soleil sur l’eau, la vie a aussi du bon dans ce pays aux multiples paradoxes.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s